lundi 2 février 2009

Quelques pages de plus

Je craquerai une allumette
pour allumer ta cigarette
je ferai la vaisselle
pour le plaisir des mains dans l'eau
les poserai sur toi brulantes
et te dirai "je t'aime"
tu m'aimerai aussi
et ce serai facile
ta cigarette terminée
de me poser tout à côté
glisser le bras sous toi
et dans le noir reprendre ma lecture
tourner les pages avec le doigt
faire attention ne pas corner ta peau
il est tard mon amour, on dors ?

rrrrrrrrrr (il n'y a qu'elle qui le fait bien! )

13 commentaires:

  1. Un ronronnement imperceptible ... comme un son indicible où le livre est devenue une belle cible ...

    J'aime cette phrase "dans le noir reprendre ma lecture
    tourner les pages avec le doigt
    faire attention ne pas corner ta peau"...

    Chutttt !!!!
    Douce journée ...;o)

    RépondreSupprimer
  2. Tourner les pages du livre qu'on écrit à deux, les mains brulantes sur la peau...on a envie de faire la vaisselle avec toi...sourire!

    RépondreSupprimer
  3. passer les rivières3 février 2009 à 11:36

    Tu as le don de rendre chaque instant poétique!

    RépondreSupprimer
  4. Et vive la lecture et la re-lecture etc etc. Bises

    RépondreSupprimer
  5. Et moi qui râlais de ne pas avoir de lave-vaisselle... Maintenant, je vais plaindre ceux et celles qui en ont !
    Superbe. J'en ai des frissons.

    RépondreSupprimer
  6. Et ce serait facile... ? mais peut-être pas si vivant... :)

    RépondreSupprimer
  7. Pour la vaisselle, c'est quand tu veux ;o)))))

    RépondreSupprimer
  8. Et toujours cette infinie tendresse et ces mot qui parlent si bien d'amour. S

    RépondreSupprimer
  9. griffes rentrées...ronronner c'est bon

    RépondreSupprimer
  10. Vous dormez dans la cuisine ou tu fais la vaisselle au lit ?
    :-))))
    Très beau se poème, on se promène dans plein de lieux à la fois...
    Je voulais te dire merci, merci pour tout.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  11. Nous attaquons nos ébats dans la cuisine aprés la vaisselle (Je blague). Bises

    RépondreSupprimer
  12. Oh non alors ! on ne dors pas aprés ça !

    RépondreSupprimer