lundi 2 décembre 2013

Saline

Dans une larme trace de nous
Oh c'est de l'eau !
A l'abandon saline
Et la récolte pour ces 1000 ans
Mon sel à disperser
Juste à suffit le souffle
Et un et deux et envolés les grains
Sus à la plaie
Qui fait pleurer
Dans une larme instant de nous
Tout goutte tout goutte et s'évapore
Buée



mardi 1 octobre 2013

Pure origine

J'écris mon bavardage mes cris
j'appuie sur mes blessures je cure
tout en silence tout en silence
j'y épuise mes ongles je crisse
rayées mes origines en berne
gratté ce vernis dégueulasse
tout nu regardes moi !
Je suis un Rom, un arabe ou un noir
je suis l'excuse et l'alibi
pour tes discours salaces tes arguments fumeux
pour cacher ta misère intellectuelle
pour protéger tes placements
pour justifier ton vote extrême
adieux la honte te voici Pyrrhocore aptère
et bientôt toutes portes ouvertes
rien que pour toi, tu sera beau en uniforme
le signe de ton bras pour les saigneurs
puis ton action milice à débusquer les baraques à misère
tout équipé homme matraque , justicier
tes petits mails d'indications gratuits et anonymes
rassuré de tes ennemis parqués
la solution létale ressuscitée, pour toi
et la médaille, la croix
grand ordre des chasseurs de roms

"Je me demande de qui notre bébé sera l'étranger ?  "

vendredi 9 août 2013

Et voilà pour quelques jours la pause , je m'évapore sous le soleil ,dans l'eau, d'une plage à l'autre, dans le maquis, sans téléphone et sans ordi... 15 jours quoi !!! Et en Corse tiens...
Je vous note mes coordonnées si vous voulez m'écrire :


                 Toutaubord
                 Quelque part, vers la-bas, plutôt sur le sud, celui avec le livre.
                 un homme qui semble heureux.
                  

jeudi 1 août 2013

Intrusion

Oh mon amour
Oh mon amour touche de moi
Touche de moi le fond.
Oh mon amour
Oh mon amour va dans le puits
Va dans le puits et puis...
Crève d'ennuis, de faim, d'envies
Oh souffre souffre essouffle toi à soupirer
Comme il fait noir dans mon esprit, hein ?!
Mais c'est un fait acquis... j 'aurai pu avoir de l'esprit.

Oh mon amour
Oh mon amour peine pour moi
Peine pour moi ma vie et puis...
Dessine ou écrit là, expose
Fais quelques pas pour moi, de plus
Obstine toi arrache, tu as des ongles griffe!
Et puis... merci de ta visite



samedi 13 juillet 2013

Une seule fois

Un seul être et c'est le manque, un seul chemin l'errance. Je couperai à travers champs,bien moins civilisé un peu plus périlleux mais d'autres découvertes, un peu plus d'air, de l'air.
Tiens c'est le vent du sud !! De l'eau bientôt peut être !?

Une seule goutte et c'est la fin du doute, juste un chouia une pétoule,mouillé le bout du doigt la langue, prémices d'un déluge.
Un seul orage et tout s'écoule, rimmel, chagrin, poussière.
Une seule vie, une seule seconde toujours unique, celle d'après, celle d'avant, seul pour la vivre.

samedi 15 juin 2013

Et me voici , tout moi et  mon contraire
pâte à dé modeler amalgame hasardeux
mauvaise mauvaise, mauvaise affaire
matériau résiduel au toucher trop rugueux.
Je te dirais bien oui !
je leur dirai bien non!
Sous mon camouflage "tout va bien pour la suite"
ma tenue de sauvage prêt pour la fuite
...
et la suite viendra

lundi 1 avril 2013

Un feu

Pose tes lèvres j'ai besoin d'aide
souffle sur moi  j'ai froid
j'ai bien senti la déferlante
remonte moi bon sang ! arrache moi aux cendres
cachè en profondeur dans les ténèbres !
drôle de jour que ce 24 Mars
je me décomposais quand il vivait
je revivrai

A padre

Tout ce qui se fait se paie
rien ne se perd
j'ai même gardé la facture si d'aventure
de mon pied
je révélais ton ossature
alors entre tes dents
je glisserai la note


mercredi 27 mars 2013

Une inconnue

Un inconnu viens vous poser un mot.
Une inconnue ? Déconvennue du message orphelin
Nous aurions pu lier nos signes certifier la soudure
Un inconnu nous à cliqué quitté
Une inconnue et la porte a claqué
Nous aurions pu ne jamais nous croiser
serions nous difficiles ? le bô est là !



lundi 25 février 2013

Toute crue

J'y ai cru, je t'ai toute aimée crue
j'ouvre la porte et c'est un courant d'air
si difficile à suivre un courant d'air
je l'ai vu puis je l'ai perdu.

J'y étais je n'y étais plus
le temps plus vif de jour en jour n'autorise plus les étapes
difficile de se poser es tu déçue ?
Une galette et c'est byzance
scions sillons si on traçait tout ça ?
ta vie belle sauvage
écrite

A lire, aprés peut être et puis je vais faire la tête
je déteste les gens que j'aime
je déteste l'encombrement, les meubles
la poussière issue de mes pas...
j'ouvre la porte et c'est un courant d'air et tiens!...
je pense à toi je vais de ce pas mettre un disque
le tiens, tiens donc!... vilaine.


jeudi 14 février 2013

Valentin Valentine

  - L'monde est curieux mon amour
  - Si l'monde est si curieux, tu vas l'interesser mon coeur ?
  - Non non! j'voulais dire bizarre !
  - Oui c'est bien ça, bizarrement curieux.
  - ???.
  - J'ai trop faim ça te dirai de faire l'amour ?
  - Ventre affamé n'a pas d'oreilles, je ne ouït rien de rien
  - Tu comprend tout, c'est fou comme on s'entend

dimanche 10 février 2013

Désordre

Tout ce monde et cette route
Issue comme un secours en avant toute
Et dans le doute
Nos mains perdues sauront se lier
Tissu se tend ne pas laisser filer
Coûte que coûte
Mon prix jamais le tiens
Retourne toi regarde au loin
Voici la foule

Et cette foule n'écoute rien, à peine raisonnable
Gens de partout et gens d'ailleurs voici l'ouvrage
Tout est en pause et se dépose à plat
Maître de l'oeuvre porteur de l'utopie
Je revendique le désordre, le mien
A revers de la fourmilière
Et cette houle emporte tout, enfin
De notre réflexion et de nos mains
Démondialisation il y a des têtes à prendre
Trop grosses, à dévisser posées en mottes
Trop grosses de trop avoir compté
Et nous sommes si bêtes
Et ridicules
Qui avons tout permis
Nous qui perdons le gout mais connaissons le coût
La belle affaire





samedi 26 janvier 2013

Des gouttes

Et si je suis la goutte
et que je m'assèche à la route
et si glissant sur verre
déposant mon sang de calcaire
alors !
Et si de vos yeux  ou des cieux
et que toujours déborde
et si tout est pluvieux
irise et laisse aller la horde
inonde