vendredi 6 février 2009

chandelle


Je soufflerai sur la chandelle
cette lumière ne sert à rien
qui tout nous montre du chemin.

Moi qui cherche des étincelles...imprévisibles
ou l'histoire n'est pas à lire...mais à construire
je préfère tes nuits sans lune...noires
le toucher et les impressions...violentes
de ces sentiments qui jaillissent... et qui détruisent
les constructions cimentées doutes ... et compromis
comme promis je t'aimerai, te garderai, te chérirai
liés sans fils par des anneaux...bijoux
J'ai acheté, j'ai échangé avons signé l'accord
alors qu'une main eu suffit... posée
sur ton épaule ou sur tes seins
et oubliée ainsi, simple déclaration
-"je ne peux me passer de toi ... ce soir
demain je te regarde et j'écris un nouveau poème."
-"Chiche"
et de nouveau il finira, froissé, en boule au fond de l'estomac, ou affiché en évidence... des bouts de moi tout ruisselants de toi.

22 commentaires:

  1. Un amour cimenté... a l'amour.

    RépondreSupprimer
  2. soit dit en passant7 février 2009 à 04:09

    Tu as soufflé sur la chandelle mais cele ci nous éclaire encore. Merci

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, la photo me fait rêver....

    RépondreSupprimer
  4. je suis en accord avec les 3 premières phrases... et pourtant que d'amour et d'espoir dans ce texte... belle journée, et si j'osais, bel amour... :)

    RépondreSupprimer
  5. tout au bord de la douleur, du cri, du désespoir, se trouve ce doux pays des amants, où l'on s'en va deux cueillir en rêvant l'éternité... dans son sommeil. Heureux celui qui sait rester tout au bord.

    RépondreSupprimer
  6. Ne pense pas tout ce qu'il dit je le sent bien . C'est sa façon de se livrer sans donner tous les codes, d'aller trop loin pour masquer trop de sensibilité. S

    RépondreSupprimer
  7. Je passe ici par hasard Tout au bord... équilibriste sur un fil ce texte est fort...je reviendrai

    RépondreSupprimer
  8. de bouts de toi, des bouts de moi...l'amour serait donc un multiple de nous !

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est que ça ! Amitiés

    RépondreSupprimer
  10. L'amour n'es qu'un mélange momentané, un cliché pris et rangé , il est là ,il s'attarde et ... passe! Vous y croyez vous ?

    RépondreSupprimer
  11. oui quand je le vis . Et justement ...

    RépondreSupprimer
  12. Alors j'aime ce texte, je vous voyais vraiement trop pessimiste mais ce n'est pas le cas.

    RépondreSupprimer
  13. Il n' est pas de sentiment fort sans sa part de douleur, ambivalence très bien traduite!

    RépondreSupprimer
  14. Il ruisselle d'elle ! Si c'est pas de l'amour ça ?

    RépondreSupprimer
  15. Oups !
    Je croyais être déjà passée ?
    Mais il y a eu quelques menus changements, vers la fin...
    Pas grave, l'esthétisme des mots reste le même.
    :-)

    RépondreSupprimer
  16. "Des bouts de mots tout ruisselants de toi"... très belle image...

    RépondreSupprimer
  17. Et bien, j'arrive un peu tard, tes lecteurs ont tout dit.
    C'est aussi beau qu'une étincelle dans l'obscurité.

    RépondreSupprimer
  18. Aimé que ns n'avons pas besoin de lumière diffuse pour trouver notre chemin ou l'évidence.
    Ce qui est essentiel est invisible à l'oeil disait notre ami Antoine

    RépondreSupprimer
  19. Tout a été dit, mais, j'ajouterai qu'il n'y a que dans la noirceur que les étoiles brillent...

    -xxx-

    RépondreSupprimer
  20. Merci à tous de vos petits mots. Je me prépare pour un petit voyage d'une semaine à partir de dimanche vers un pays un peu moins froid. Je penserai à vous

    RépondreSupprimer
  21. VOYAGE

    Je décolle et je vole
    Elevé par Eole
    Loin des coins qui désolent
    Et des courses frivoles

    Tout comme les tourterelles
    Sans posséder leurs ailes
    J'enlace dans le ciel
    Des espaces éternels

    Je rejoins dans les cieux
    Tous ces anges gracieux
    Qui m'escortent dans leurs jeux
    Pour que je sois heureux

    Et quand cesse mon voyage
    Il me reste des images
    De cet aréopage
    Qui me rendent plus sage
    DI

    RépondreSupprimer