mardi 12 août 2008

on y était presque...

(photo tn)

Je t'ai croisé sans doute
si vite j'allais bien trop vite
Je t'ai touché je crois
si j'avais su j'aurai saisi la main
Tu as souri peut être
je n'ai rien vu

le temps se fout de nous
l'amour pour lui n'est qu'un effort de trop
toujours plus nous marque la peau
je n'irai plus que protégé d'un loup

Rendez vous au prochain passage ou nous serons moins sages
enlèverons nos carapaces
repartirons en sens inverse
jusqu'au maximum ... de nos laisses.

13 commentaires:

  1. vraimant sublime, on ressant une personne qui aime avoir un coin de libertè pour s'esprimer

    RépondreSupprimer
  2. ça c'est vrai , les mots qu'il faut pour écrire ce qu'il ne dit peut être pas. Amitiés

    RépondreSupprimer
  3. Moins sages, moins vite ...plus vulnérables

    RépondreSupprimer
  4. Oui mais pour se rendre accessible il faut se découvrir et donc se rendre un peu plus vulnérables.

    RépondreSupprimer
  5. C'est un univers particulier et trés personnel. Arrive d'un blog lien et suis conquis. Salutations

    RépondreSupprimer
  6. soit dit en passant15 août 2008 à 11:31

    a force de le vouloir peut être va t'on y arriver à vivre sans laisses (mais ce sera dur)
    C'est la pensée optimiste du jour.

    RépondreSupprimer
  7. Délaisser les laisses
    Enlacer
    Embrasser
    Toucher
    Caresser
    Tout simplement
    Lentement
    Sans modération
    A l'occasion
    Libres
    Rêvons...
    Vibrons!

    RépondreSupprimer
  8. Un autre poète (ou une), donnez vos coordonnées que l'on puisse aller vous lire. Amicalement

    RépondreSupprimer
  9. Je crois savoir qui à mis ce beau texte et si c'est bien lui, il n'a pas de blog, alors lisons deux fois ses commentaires.

    RépondreSupprimer
  10. on peut ronger nos laisses, mais il faut de la patience, de la constance, de l'endurance, et puis de l'imagination, pour la vie après, sans lien...
    Mais si on a beaucoup d'imagination on peut aussi vivre avec une laisse, non??? et tout doucement oublier nos entraves
    C

    RépondreSupprimer
  11. Avec une laisse, ça ma douce C il n'en est pas question parce qu'aprés c'est un collier à clous puis une muselière. Biz, warff

    RépondreSupprimer
  12. soit dit en passant22 août 2008 à 20:41

    A revenir je me fais le triptyque et c'est vrai que c'est chouette. Une belle histoire d'amour comme dit annelise. Continuez

    RépondreSupprimer