jeudi 16 avril 2009

... (elle)

Et j'ai trouvé ma route
et j'ai croisé sur cette route
une fois, une seule fois
jeté armes et bagages
et entassé sur le bûcher
fierté, courage
et allumé le feu qui se verra de loin
et attisé les flammes déjà brulent mes mains
et de mes mains noircies signé l'engagement
celui qui compte il n'y en aura qu'un
et j'ai dormi les yeux ouverts peur de ces rêves
et je me suis levé j'attentais qu'on me dise
"je t'ai senti partir reste donc là
la construction se fait aussi la nuit
ciment parpaing nous sommes
érigeons sur le lit, la tour
et porte moi à l'intèrieur je ne veux pas toucher les murs
jusqu'à la chambre et... parles moi !"
J'en ai cherché pesé lancé des mots
ils s'écoulent en flots de ma bouche à tes lèvres
-pourquoi tu ris ? (elle)
-je ris parce que je t'aime, l'amour ne me fait pas pleurer (lui)
-mais toi aussi tu m'as manqué ! (elle)
-je sais j'ai perçu du chagrin pour deux (lui)
-alors, et cette route, tu la prends avec moi ? (lui)
- ... (elle)


Elle ne sera pas droite mais elle sera large, et éclairée.

12 commentaires:

  1. Bonne route et des nouvelles. Bises S

    RépondreSupprimer
  2. Les routes larges et éclairées sont empreintes de rêves perdus.
    Prend la première sortie et prends la dans tes bras.

    RépondreSupprimer
  3. Une route comme celle-à, c'est sûr que tu sauras la dépierrer pour aller de l'avant. La force de son sourire de ses silences te guidera et puis il y a la lumière !

    RépondreSupprimer
  4. Et revoilà une lumière mais tu verra, sur cette route il y en a du monde, et des chemins partout qui partent et plein de constructions car cette route, c'est la vie. Amitiés

    RépondreSupprimer
  5. Peu importe la route quand on la fait la main dans la main, prêt à aider l'autre quand il trébuche, prêt à l'épauler quand il est fatigué, prêt à l'écouter quand il siffle de bonheur, prêt à lui redonner confiance quand il doute de la direction, l'important c'est de se lancer, de faire les premiers pas et alors oui je la prendrais bien moi cette route,mais faut pas m'y abandonner, seule au milieu de nulle part livrée à la nuit, au silence et à la peur...car alors comment tu contruirais la tour ?

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Et je croise des gens sur ma route, et ici sur le blog et c'est sacrément réconfortant

    RépondreSupprimer
  8. La force de mes sourire n'a pas suffit.

    RépondreSupprimer
  9. Une sacré tempête !Vais au Grau avec les enfants aujourd'hui, le temps va se lever pour moi. Bises

    RépondreSupprimer